DISCOURS de madame Saran SEREME SERE Médiateur du Faso à l’occasion de la signature du Mémorandum d’Entente entre le Médiateur du Faso et le Médiateur de la République de Côte d’Ivoire. Vendredi 03 aout 2018 à Abidjan Côte d’Ivoire

Avant tout propos, je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte pour traduire au nom de la délégation qui m’accompagne , ainsi qu’à mon nom propre, le plaisir et l’honneur qui nous habitent d’être dans la patrie d’un des principaux père de l’indépendance, l’Homme de la paix, du dialogue et de l’intégration nationale, le monument et artisan de la cohésion sociale , protecteur des droits de l’ensemble des citoyens venus d’horizon divers et résidant dans cet havre de paix, sur cette terre d’accueil et de fraternité, la patrie de son Excellence, j’ai nommé , SEM le Président Feu Felix Houphouët Boigny.

Les liens séculaires, historiques et fraternels qui unissent la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, le Pays des Hommes intègres, sont le socle du Traité d’amitié et de Coopération entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.
Permettez-moi de traduire ma profonde gratitude à Son Excellence Monsieur Alassane Dramane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire et à Son Excellence Monsieur Rock Marc Christian KABORE Président du Burkina Faso, pour tous les efforts déployés dans le cadre du renforcement du Traité d’Amitié et de Coopération qui lie nos deux Etats. 
Nous saluons à sa juste valeur la signature du Mémorandum d'entente entre nos deux Institutions sœurs, la république de Côte d’ Ivoire et le Burkina Faso.

Permettez-moi de réitérer mes vives félicitations à mon collègue et frère, Son Excellence Monsieur Adama TOUNGARA Médiateur de la République de la Côte d’Ivoire, pour la noble et exaltante mission à lui confiée, et le remercier pour toutes les commodités mises en œuvre pour la réussite de cette cérémonie.
Je salue du reste, l'ouverture d’esprit dont il fait montre et les visions communes que nous avons sur la nouvelle orientation et dynamique à donner à la collaboration entre nos deux institutions de défense des droits des citoyens.

Je lui réaffirme toute ma disponibilité, chaque fois que nécessaire, à œuvrer avec lui pour l’élaboration de toute nouvelle initiative participant au renforcement de cette coopération historique.

Chers collaborateurs, 
Mesdames et Messieurs

La forte représentativité de nos communautés, de part et d’autre de nos Etats, nous interpelle sur les multiples actions à mener en toute fraternité et amitié pour la sauvegarde de leur bien-être, la diminution des frustrations contenues, et la défense de leurs droits citoyens et communautaires.

Vous vous souviendrez que malgré des appellations diverses et variés , Défenseur des droits en France , Défenseur du citoyen ou Ombudsman aux USA, Protecteur du Citoyen au Canada ou Médiateur en Afrique de l’Ouest francophone, le Médiateur est un organe républicain, démocratique qui existe il y a plus des siècles dans les anciennes démocraties, où il a fait ses preuves d’instrument de consolidation de l’Etat de droit , de l’amélioration des relations entre les citoyens et les services de l’Etat, afin d’engendrer une administration moderne et promouvoir la protection des droits des peuples.

Bien que l’institution républicaine Médiateur soit jeune en Afrique, à l’exemple d'ailleurs de la démocratie, ELLE A TOUJOURS EXISTÉ DANS NOS SOCIÉTÉS TRADITIONNELLES SOUS DIVERSES APPELLATIONS ET REPRESENTATIONS. 
TOUTE SOCIÉTÉ ORGANISÉE À TOUJOURS BESOIN D'UNE INSTANCE DE MEDIATION PUISQUE LE VIVRE ENSEMBLE EST TOUKOURS ÉMAILLÉ D'ECCEUILS, D'INCOMPRÉHENSIONS ET DE CONFLITS DIVERS.

Les défis à relever restent énormes en termes d’ancrage institutionnel, de vulgarisation de ses missions et de son rôle, de son appropriation par les citoyens de nos Etats afin qu’ils puissent recourir à elle.

J’invite les ressortissants des deux pays à s’approprier les deux institutions et à avoir recours à elles, pour la défense de leurs droits chaque fois qu' ils se sentiront lésés ou bafoués dans ces droits.
La résolution par le DIALOGUE ET LA CONCILIATION évitera à n'en pas douter des situations de frustrations contenues qui peuvent devenir explosives à ne point y prendre garde.

Tout ceci justifie les échanges institutionnels, bilatéraux, régionaux, continentaux et internationaux, à travers l’AMP/UEMOA (Association des Médiateurs des pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, l’AOMA (Association des Ombudsmans et Médiateurs Africains), l’AOMF (Association des Ombudsmans et Médiateurs francophones) , l’IIO ( Institut International de l’Ombudsman), afin de procéder au partage de nos expériences conjointes en matière de défense des droits des citoyens, de consolidation de l’Etat de droit, de l’édification d’une administration moderne au service du citoyen, de la sauvegarde de l’Unité Nationale face aux multiples crises et conflits sociaux qui mettent à mal le vivre ensemble dans nos communautés.

Avant de terminer, je voudrais encore une fois saisir cette opportunité pour réitérer mes vifs remerciements au Médiateur de la République sœur de Côte d’Ivoire, Monsieur Adama TOUNGARA, pour l’accueil chaleureux qui nous a été réservé depuis notre arrivée sur cette terre hospitalière.

Puisse le Tout Puissant renforcer davantage l’amitié et la coopération entre la République de Côte d’ivoire et celle du Burkina Faso.

Dieu bénisse le peuple de Côte d’Ivoire et le peuple du Burkina Faso !

Je vous remercie.

L'Institution au quotidien

Les textes fondamentaux

Liens Utiles

...

International

Prestation de serment de madame le Médiateur du Faso
Prestations de serment
Simon COMPAORE, Ministre d'Etat, Ministre de la Sécurité reçu en audience par madame le Médiateur du Faso
Jean Martin COULIBALY, Ministre de l'Education Nationale et de l'Aphabétisation
Madame le Médiateur du Faso, reçue en audience par le Président du Faso