FORUM NATIONAL SUR LE RENFORCEMENT DE LA MÉDITATION INSTITUTIONNELLE PAR LA CAPITALISATION DES VALEURS TRADITIONNELLES ET RELIGIEUSES.

Plus de 5000 participants à l'ouverture des travaux et 600 participants aux travaux.

Des prières pour la tolérance, la cohésion sociale et la paix sous la houlette du Médiateur du Faso.
C’est dans une salle archi-comble, une cour pleine avec des personnalités de haut rang des différentes communautés coutumières et religieux, des membres des diplomates et des délégations venant des 13 Régions du Burkina Faso que Madame Saran SEREME SERE, Médiateur du Faso a ouvert les travaux du Forum dans la salle polyvalente de Dédougou.
Après avoir salué la présence des personnalités issues des communautés religieuses, coutumières et les représentants du corps diplomatique ; le Médiateur du Faso dans son adresse à l’assistance, a interpellé l’ensemble des burkinabè à la cohésion, à l’unité nationale dans un environnement sécurisé afin que le pays sorte de la spirale des violences inter et intra-communautaires et puisse vaincre le terrorisme auquel il est confronté.

Elle a remercié Son Excellence Monsieur Rock Marc Christian KABORE Président du Faso, pour son soutien aux initiatives de l'institution et en singulier pour son soutien à l'organisation de ce présent Forum. 
Le Médiateur du Faso a salué les efforts inlassables enregistrés dans le cadre de la promotion de l'État de droit, le renforcement d'une meilleure gouvernance, la promotion d'une justice indépendante et accessible, la culture de la tolérance, de la cohésion sociale, le maintien de la paix nonobstant certaines limites objectives dans ce contexte de défis sécuritaire auquel est exposé le peuple burkinabè, qui n'aspire qu'au bien-être dans un espace sécurisé.

 

À cet effet, tous les voies et moyens déjà expérimentés par nos devanciers à travers nos valeurs traditionnelles et religieuses sont essentiels à la mise en œuvre d'un dialogue inclusif dans ce monde en pleine mutation où la démocratie représentative se mue en celle participative. 
Les populations voulant davantage participer à la gestion des affaires publiques, y avoir un droit de regard et administrer leurs droits directement lorsqu'elles sont contrariées, des dérives sont souvent enregistrées, engendrant de graves crises qui se muent rapidement en conflits inter et intra-communautaires qui peuvent engendrer de dramatiques guerres fratricides.
Il est donc plus qu'impérieux une réelle introspection, une catharsis, un changement de comportement s'opère à tous les niveaux des strates de la société pour arrêter cette DÉRIVE SUICIDAIRE. 
AUCUNE, AUCUNE RAISON EXPLICATIVE NE SAURAIT CONDUIRE LE PAYS DES HOMMES INTEGRES DANS CE TOURBILLON MALFAISANT ET DRAMATIQUE. 
NOTRE CONSCIENCE COLLECTIVE, RESPONSABILITÉ COMMUNE ET NOTRE AMOUR POUR LA MERE PATRIE SONT INTERPELLÉS POUR UN SURSAUT SALVATEUR.

Les autorités traditionnelles et religieuses ont toutes adressé des prières et vœux pour le maintien de la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso.

Les Autorités traditionnelles et coutumières dont le Chef du Canton de Dédougou, le Larlé Naba, le Neem Naba accompagnés de 75 Chefs du royaume représentants le Mogho Naba, le 1er Ministre du Tenkodogo Naba et sa délégation, le 1er Ministre du Boussouma et sa délégation, les Chefs du Yatenga, Chef de Manga, Chef de Saponé, le 1er ministre et la forte délégation représentant le Chef de Canton de Bobo, les Golotigui de Dioulassoba, des Tieffo, des Ouattara, le président de DTB, l'Émir de Dori, le Chef de Dori, le Chef de Djibo, le Chef de Tongmael, le Chef de Baraboulé, le Chef de l'Oudalan, la forte délégation des chefs du Sahel tous présent, les chefs des Cantons de toute la Boucle du Mouhoun sans exception, ceux de Orodara, de toute les régions du Faso ont invoqué les mannes des ancêtres pour veiller sur le Burkina Faso en proie au terrorisme, aux conflits inter et intra - communautaires, a l'intolérance, à l'incivisme...

L’évêque du Diocèse de Dédougou, Monseigneur Bonaventure Prosper KY au nom de l’église catholique a prôné un message de paix, d'amour, de tolérance, du pardon, de conciliation, de cohésion sociale et d'unité des cœurs. Selon lui, « un œuf dans la paix vaut mieux qu’un bœuf dans la guerre ». Il a terminé son propos en affirmant que « tout conflit fini là où il a commencé, c’est-à-dire la paix », par conséquent, nous devons en tout temps prôner le pardon et la paix.

Le Président de la Fédération des Églises et Missions Évangéliques de Dédougou a invoqué l’Esprit saint pour la culture de la tolérance, la justice, le pardon des cœurs, l’union sacré des fils et filles du Burkina Faso dans la paix et la cohésion surtout en ces périodes tumultueuses que traverse notre pays.

 

Les Cheick Yougo Président du mois de la Fédération islamique représentant le Cheick Doukouré hors du pays, les Cheick Konfé, Cheick Mamadou Bande, Cheick Alwata, Cheick Aourema, Cheick Sore, le Président de communauté musulmane de Bobo, tous les Cheick et Imans de différentes communautés musulmanes ont salué la clairvoyance de Mme le Médiateur du Médiateur du Faso,, qui a tenu à organiser ce forum pour interpeller l’ensemble des burkinabè sur la situation préoccupante que traverse notre pays. Ils ont aussi reconnu que cette tribune offerte aux différentes communautés coutumières et religieuses constituait une occasion pour des échanges francs et fructueux. Ils ont tenu à différencier le phénomène du terrorisme et l’islam et ont lancé un appel à toutes les confessions religieuses à la tolérance et à l’union, afin que règne la paix et la cohésion au Burkina Faso.

Trois thématiques ont été traitées par le Dr Sedego, Mr Ismaël Diallo et Mr Jean M. Coulibaly ancien ministre et modérées par Pr Luc Marius Ibriga Président de l'ASCE, Pr Albert Ouedraogo ancien ministre, General Lougué ancien ministre, General Ibrahim Traore ancien ministre, le Colonel Ousmane Traore Gouverneur de L'Est, l'Évêque Prosper Ky, le Pasteur représentant la Fédération des églises Évangéliques, l'Émir de Dori, le Chef de Canton de Dédougou, de Manga, l'Imam Aboucacar Yougo et Cheick Konfé ...
Des recommandations et motions ont sanctionnées la fin des travaux. 
Saran SEREME SERE Médiateur du Faso a tenue à remercier et féliciter la présence massive de tous les participants démontrant si besoin en était de l'aspiration et l'engagement de tous les fils et filles de nation à la paix des cœurs, la paix dans leur mère patrie. Qui peut ou ose brûler sa propre mère sans croire encourir la sanction suprême des devanciers et par-dessus tout de Dieu le Tout Puissant. Sauvegardons notre mère patrie et implémentons la paix des cœurs et des braves, l'union sacrée des fils dans la tolérance puisque personne n'est parfait dira-t-elle. 
Tolérance - Cohésion - Paix - Unité. 
Dieu vous bénisse 
Dieu bénisse et veille sur le Burkina Faso

Quelques images:

L'Institution au quotidien

Les textes fondamentaux

Liens Utiles

...

International

Prestation de serment de madame le Médiateur du Faso
Prestations de serment
Simon COMPAORE, Ministre d'Etat, Ministre de la Sécurité reçu en audience par madame le Médiateur du Faso
Jean Martin COULIBALY, Ministre de l'Education Nationale et de l'Aphabétisation
Madame le Médiateur du Faso, reçue en audience par le Président du Faso